Uriel Orlow

Geraniums are Never Red, 2020

Bâche et cartes postales

Les géraniums rouge vif qui se répandent sur les balcons des chalets suisses et qui décorent les cartes postales anciennes ne sont pas des géraniums d’un point de vue de la botanique et ils ne sont pas non plus suisses ; en fait, ce sont des pélargoniums.

Ils ont été introduits pour la première fois en Europe – et mal identifiés – après 1652, lorsque la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (VOC) a établi la colonie permanente et le jardin de la VOC au Cap de Bonne-Espérance et a commencé à explorer la flore environnante pour en rapporter de nouveaux trésors botaniques.

Outre les pélargoniums, ont été découverts des protéas, des bruyères et de nombreux autres éléments essentiels des jardins européens. Au moment où la confusion entre les deux espèces a été résolue, les «géraniums africains» existaient depuis 150 ans et les cultivateurs et jardiniers britanniques hésitaient à abandonner ce nom familier. Les images de géraniums d'Orlow incarnent ainsi l'héritage du colonialisme persistant dans notre vie quotidienne et les points aveugles de notre perception.